Centre Hospitalier de Nevers
Urgences... Plan d'accès... Nous contacter...

Historique

L'Hôtel-Dieu

Au IXème siècle, l'évêque Heriman, contemporain de Charlemagne crée l'Hôtel-Dieu Saint Didier, sur le site de l'actuelle Chambre de Commerce et d'Industrie, place Carnot.

L'établissement est destiné à recevoir, pour l'hébergement et des soins éventuels, les pauvres infirmes, accouchées, orphelins.

Il renvoie les contagieux (de lèpre, peste) vers les maladreries spécialisées (Saint-Lazare, Saint-Antoine, Sainte-Valière, Saint-Eloi).

En très mauvais état à la veille de la Révolution, ses services sont transférés dans les extensions de l'Hôpital Général auquel il est rattaché en 1801.

L'Hôpital Général (avenue Colbert)

Centre d'hébergement (1673-1890)

L'Hôtel-Dieu étant insuffisant pour recueillir tous les pauvres, en 1673 (sous Louis XIV) est ouvert l'Hôpital Général destiné à accueillir, soigner et faire travailler les indigents dans une manufacture de draperie.

Les locaux primitifs, agrandis et modifiés constituent depuis 1824 un ensemble formé de la chapelle Notre Dame de Pitié et de deux ailes avec retour.

Centre de soins pour tous depuis 1890

Avec les découvertes pastoriennes, des services de soins se créent : Maternité (1889), Salles d'opérations (1890), Laboratoire de bactériologie (1896).

Entre les deux guerres mondiales, le mouvement s'amplifie sur les plans du Docteur Jules Renault et de l'architecte Georges : Radiologie (1926), Contagieux (Bricheteau - 1931), Maternité nouvelle (1938), Ophtalmologie (G. Valois - 1934), Cuisine -1940).

Période Marlin (1939-1964): avec M. Inconnu, architecte, le pavillon chirurgical bouleverse l'aspect de l'hôpital en 1960. S'y ajoutant la Centrale Thermique (1956), la Buanderie (1961), et la modernisation de Médecine (1951-1968).

Concernant le secteur des personnes âgées, il y a eu depuis la construction du bâtiment de l'hospice en 1849, l'aménagement de la maison de retraite de Corcelles en 1913 (fondation Clerget), la réaffectation du service de Diabétologie de Pougues en Centre de Gériatrie en 1992, la mise en service de la MAPAD, rue de la Pique, en 1997.

l'Hôpital Pierre BEREGOVOY

La reconstruction totale de l'hôpital a été envisagée, sur place Avenue Colbert en 1986, à la Baratte en 1989, et enfin dans le secteur des Grands Champs en 1993.

La décision de construire un hôpital neuf à Nevers a été prise par le Centre hospitalier, sous la présidence de Pierre Bérégovoy, Premier Ministre et Maire de Nevers, le 30 avril 1993.

A la demande du Conseil d'Administration du Centre hospitalier, le nouvel hôpital porte le nom de celui qui en a été à l'initiative.

Il a été depuis cette date le deuxième plus important chantier du département après la déviation autoroutière de Nevers, et avant le Circuit automobile de Nevers Magny-Cours.

Après quelques années de construction, son ouverture s'est faite en mars-avril 2003.

Le financement de la construction a représenté 96 millions d'euros de travaux et 13.6 millions d'euros d'équipements. Il a été assuré par emprunt et autofinancement, à partir des aides budgétaires consenties par l'Agence Régionale de l'Hospitalisation et le Ministère de la santé.

L'Hôpital Pierre BEREGOVOY représente 60 000 mètres carrés sur cinq niveaux. Il regroupe les services de court séjour, les services médico-techniques, les services administratifs et logistiques. 


Dernière mise à jour : 09/11/10Haut de page